II-b.La dimension sociales des danse hip hop.

       Le développement des activités sportives dans les zones urbaines des grandes villes, particulièrement les danses hip-hop, break dance, dancehall, etc… s’est avéré une excellente et efficace réponse pour capter et canaliser toutes les énergies et les débordements courants dans ces cités.
      
      Depuis les années 90, les politiques s’appuient sur ces opportunités culturelles urbaines revendiquées par l’ensemble desjeunes populations, toutes cultures et toutes origines confondues, pour développer des activités, encadrer et établir des passerelles avec l’enseignement scolaire et l‘enseignement de la danse dans les cours privés.
      
     De nombreuses collaborations entre les institutions et les associations ont permis l’avènement des danses représentant le mouvement hip hop. Depuis ces constats et ces actions, les filles et les femmes participent activement à la reconnaissance et la popularité de toutes les danses.
       A travers ces pratiques, elles parlent aussi de leurs revendications de femme,  et de la nécessaire évolution de leur statut, de leur place de femme et de fille dans une société ouverte, pluri-culturelle et pluri-cultuelle. Par exemple l’association « ni pute ni soumise »  revendique clairement le respect de cette liberté, l'extrait du témoignage ci-dessous est éloquant quant à l'impact de ce combat.
 
 
Parce que nous voulons réaffirmer la liberté durement acquise des femmes à disposer de leur corps.
Parce que les idées universalistes ont changé radicalement la condition des femmes, parce qu'elles nous ont appris qu'un sexe ne devait pas prédéterminer un destin.
Parce que les principes de laïcité et de mixité qui en découlent sont les garants de l'égalité des sexes.
Parce qu'il n'y a pas de combats plus urgent pour l'émancipation des femmes que celui de la lutte contre toutes les formes d'intégrisme et d'obscurantisme." (http://npns-aix.over-blog.com/)
 
     
    On voit bien que l'enjeu de ce combat global a une raisonnance particulière pour garantir ce libre accès aux expressions corporelles de danse, qui à l'origine sont réservées à la population masculine.
 
      
    L’impact de ces profondes et légitimes prises de position confirme la dimension culturelle « universelle » des danses hip hop. La reconnaissance de ce mouvement par les pouvoirs politiques, et les nombreuses manifestations organisées, assoient définitivement la dimension culturelle de la danse.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site