Page d'accueil

Introduction

         Jusque dans les années 20, la danse, mis à part l’interprétation, était exclusivement masculine. Les directeurs de ballet, chorégraphes, programmateurs et bien d’autres étaient des hommes. Les femmes n’étaient encore présentes que sous forme d’interprètes des idées chorégraphiques des hommes, sur scène. Elles n’avaient pas la parole chorégraphique, ni la parole tout court, et n’étaient donc pas considérées comme femmes pensantes.

         L’émancipation des danseuses ne commencera qu’à partir des années 20, par divers procédés bien différents.

         C’est donc ce que nous questionnerons a travers cette étude : par quels procédés, dans la danse, les femmes arrivent-elles à s’imposer, et à affirmer leurs idées féministes ?

         Nous allons tout d’abord voir que c’est en se libérant du poids des traditions et des conventions, puis, nous constaterons que c’est en s’intégrant dans un milieu où elles sont minoritaires, et enfin, nous observerons que c’est en s’imposant en tant qu’auteure, donc en instaurant une ère de liberté d’expression féministe.

         Mais pour commencer, établissons quelques connaissances sur le féminisme, mais aussi sur la place de la femme dans la société au début des années 1900.

         Concrètement, le féminisme a débuté en 1789, pendant la révolution française, lorsque Condorcet demande des droits civiques et politiques pour les femmes. Le féminisme est par définition un appel à une société égalitaire entre hommes et femmes, mais aussi un combat des femmes qui vise à sortir celles-ci de leurs situations d’infériorités. Pour finir sur cette introduction, le mot « féminisme » est apparut en France la première fois en 1837.

         Quand à la place de la femme au début du 20ème siècle, l’avis est mitigé. Elles avaient certes le droit de travailler, mais cependant les ¾ des femmes actives travaillaient dans l’industrie textile, faisaient des ménages, en bref tout ce qu’elles avaient toujours fait. L’interdiction de porter un pantalon n’avait plus lieu, mais seulement si la femme en question tenait à la main un vélo ou un cheval. Nous pouvons donc dire à travers ces 2 exemples que certes les femmes n’étaient plus aussi « tenues » qu’avant, mais qu’en revanche la situation n’avait guère évolué.

( Le titre du sujet étant "L'intégration des femmes dans la danse et leurs idées féministes" nous vous prions de bien vouloir nous excuser du fait que le sujet de ce site soit "l'intégration des femmes dans la danse" en raison de l'impossiblilité de changer le titre du site une fois celui-ci créé. Merci de votre compréhension).


 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×